MALADIE DE WILLIS-EKBOM ET DOPAMINE

Les mécanismes de la Maladie de Willis Ekbom demeurent imparfaitement connus. La dopamine est souvent citée comme acteur principal. Mais pour tenter de comprendre le lien entre dopamine et SJSR, il faut comprendre ce qu'est la dopamine et comment elle peut être responsable du syndrome des jambes sans repos (SJSR).

Qu'est-ce que la dopamine ?

La dopamine est une molécule (neurotransmetteur) qui transmet des informations à partir des neurones dits dopaminergiques vers d’autres neurones sur lesquels elle va exercer son action. De ce fait, lorsque la production de dopamine, ou simplement sa circulation, est dérégulée l’ensemble de la communication entre les neurones se trouve perturbée. Les conséquences d’une telle perturbation dépendent du système neuronal concerné, de l’importance de la perturbation mais aussi des mesures d’adaptation mises en place par notre cerveau pour compenser cette perturbation.

Mais à quoi sert la dopamine au quotidien ?

Bien qu'on ne sache pas tout sur les neurotransmetteurs, il semble que la dopamine intervienne dans des aspects de neurotransmission liés, entre autre, à la recherche du plaisir, à la joie de la récompense mais aussi à l'envie d'avancer, d'explorer, à la motivation ! La dopamine intervient également dans les régions cérébrales à compétences motrices et dans le contrôle des informations sensori-motrices au niveau de la moelle épinière.

Dans le cas de la maladie de Parkinson, c'est une baisse d'activité des neurones dopaminergiques qui dégénèrent qui est responsable des signes cliniques moteurs de cette pathologie.

La dopamine dans la maladie de Willis-Ekbom

Il est incontestable qu’une dérégulation du système dopaminergique joue un rôle majeur dans la physiopathologie du SJSR. Cependant, on ignore tout des structures dopaminergiques impliquées dans le syndrome.

Ce possible rôle de la dopamine semble être confirmé par l'efficacité, dans de nombreux cas, des traitements à base d'agonistes dopaminergiques. Ces substances chimiques ont pour objectif de stimuler les récepteurs de la dopamine. On retrouve ces substances dans des médicaments tels que le Ropinirole, le Pramipexole et le Rotigotine.

Textes rédigés par le Docteur Imad Ghorayeb
Neurologue
Maître de Conférences - Praticien Hospitalier
Service de Neurophysiologie Clinique
CHU Pellegrin Bordeaux